facebook instagram pinterest search twitter youtube whatsapp linkedin thumbup
coaches_polar_coaching_project

Rencontre avec Les Coaches Du Polar Coaching Project

Vous l’avez sans doute remarqué, à la fin de l’année 2020, Polar a lancé le Coaching Project. L’objectif était de trouver des candidats qui voulaient repousser leurs limites et les mettre au défi de participer à une course mythique, le Marathon du Mont-Blanc et le Half Triathlon Challenge Geraardsbergen.

Avec plus de 2000 candidatures, le choix a été très difficile! (Retrouvez les candidats sélectionnés ici). Accompagnés par un coach d’exception, équipés par notre partenaire On Running, ils relèveront le défi et participeront à la course de leur vie.

Les séances ont commencé et les coaches ont déjà donné les premières seéances d’entrainement. Le défi est en route!

Mais qui sont les coaches du Coaching Project ? Qu’est-ce qui les motive ?

Rencontre:

Vincent Viet

BIO

  • 37 ans
  • Annecy
  • Diplômes: licence, Master entrainement et en formation d’accompagnateur en Montagne
  • 5eme CCC /UTMB 2016
  • 2eme Maxirace Annecy 2019
  • Vainqueur Ultra Trail de Cape Town 65km en 2017

Hello Vincent, comment arrives tu à garder des athlètes motivés ?

Hello La team Polar! Tout d’abord en proposant différents cycles de travail au court de l’année. Puis en proposant différents aspect:

1/ En leur fixant des challenges à court, moyen et long terme
2/ En mettant du fun dans l’entraînement
3/ En variant le plus possible les sports avec des entrainements croisés

Quelles application utilises tu pour suivre les athlètes ?

1/ Polar Flow: très précis dans l’analyse et suivi des données
2/ Strava: Qui permet également une bonne analyse

Comment mesures-tu les progrès de tes athlètes?

En réalisant des tests réguliers. Par exemple avec la nouvelle Polar Vantage V2 qui propose de nombreux tests de performances très intéressants mais aussi sur le terrain en analysant des parcours réguliers ou des côtes de références autour de chez soi.

Y a-t-il des conseils ou des astuces particulières pour courir plus vite en montée? Faut il adapter la fréquence de sa foulée ? Existe-t-il des astuces pour courir plus vite et en toute sécurité dans les descentes ?

Pour courir plus vite en montée, il faut s’adapter musculairement. Il faut habituer son corps le plus possible à faire du dénivelé. Si on a pas la chance d’habiter en montagne alors il faut privilégier le fractionné en côte. Garder également des séances de renfo bas du corps: Squat, Squat Jump, et autre exercices de renfo en mouvement type plyométrie. 

Au niveau de la foulée il faut adapter ses appuis. En montée l’idéal est de faire des petites foulée sur l’avant du pied. 

Dernier conseil, plus on est léger plus on monte vite, il est donc primordial de bien choisir son matériel et d’arriver affuté le jour de la course! 

Pour descendre, vite et en toute sécurité, il vaut mieux être gainé et avoir des appuis solides. Il est donc important d’intégrer du gainage et des séances de renfo musculaire dans sa préparation couplé à du travail de proprioception pour limiter le risque d’entorse.

Comment planifier votre alimentation pendant un (half) Ironman ou le
Marathon du Mont Blanc ?

Pour planifier son alimentation sur une course il faut d’abord bien analyser le parcours et ses contraintes. Combien d’heures de course, combien d’ascensions ou de dénivelé, ou est-ce que je vais consommer le plus d’énergie? En fonction de ça je vais adapter une alimentation plus ou moins calorique. La météo est également un facteur qui peut jouer sur les calories dépensées. Il faut donc aussi le prendre en compte le jour J. 

Sur les courses longues il est recommandé d’avoir un apport nutritif régulier (toutes les 20 à 30 min). Il est préférable également de tester tous ses aliments et barres énergétiques en amont lors de ses entrainements.

Frederik Van Lierde

Van Lierde à l’arrivée de l’Ironman aux Sables-d’Olonne

Frederik Van Lierde est la star du triathlon en Belgique, et une légende au niveau mondial. Il a, entre autre remporté plus de 20 victoires sur le circuit et a gagné 5 fois l’Ironman de Nice. En. 2013, il devient champion du Monde Ironman Hawaï. Les candidats du coaching sont entre de bonnes mains!

En 2021, il a pris sa retraite professionnelle en tant qu’athlète et se concentre aujourd’hui sur le coaching et la planification d’entraînement. Frederik préparera 8 candidats pour le défi Triathlon Challenge de Geraardsbergen.

BIO

  • Menen (Belgique)
  • 25/05/1979
  • Multiple vainqueur de l’Ironman
  • Champion du Monde Ironman Hawaii 2013
  • 23 ans de carrière dans le sport de haut niveau
Frederik, la préparation d’un triathlon prend beaucoup de temps. Mais combien de temps faut-il pour terminer un Half Ironman dans de bonnes conditions?

Je pense qu’il faut consacrer un minimum de 8 heures d’entrainement par semaine pour préparer un Half IM, et ce pendant quelques mois afin que vous puissiez vous constituer une base suffisante. 8 heures signifie 2 heures de natation par semaine, 2 heures de course et environ 4 heures de vélo en moyenne. Ce qui revient à 2 sessions de chaque discipline par semaine.

En tant que triathlète, faut-il s’entrainer chaque jour sur les 3 sports ?

Non, certainement pas. Bien sûr, les meilleurs des meilleurs le font parfois, mais ce n’est pas la norme. De plus, lorsque vous vous approchez d’une course, il est bon de faire un entraînement croisé.

Par exemple, vous pouvez faire du vélo immédiatement après votre séance de natation ou courir immédiatement après votre sortie longue en vélo. Il est important de préparer votre corps à ces changements.

Quelle est l’importance d’un jour de repos dans une semaine d’entrainement ? Un jour par semaine suffit-il, ou, vaut-il mieux en prévoir plusieurs ?

Un jour de repos est vraiment important, tant mentalement que physiquement. Le nombre de jours de repos par semaine ou par mois est plus difficile à déterminer. Il va varier en fonction du niveau, de l’athlète et du temps libre pour s’entraîner, …

En général, je dirais qu’un jour de repos par semaine est le minimum, et dans une semaine de récupération (que vous devriez également inclure de temps en temps), on peut passer à deux.

Avez-vous vraiment besoin d’un vélo de contre la montre pour commencer un triathlon ?

Evidement, ce n’est absolument pas nécessaire. Un vélo de course traditionnel fera l’affaire. Ce choix se fera surtout en fonction du budget que l’athlète veut dépenser.

Merci, Frederik!

Vous avez apprécié cet article ? Faites-en profiter vos proches !

Les informations contenues dans les articles publiés sur le blog Polar ne peuvent en aucun cas remplacer les conseils personnalisés de professionnels de la santé. Veuillez consulter votre médecin avant de commencer tout nouveau programme de remise en forme.

Ne manquez pas la dernière actu ! Inscrivez-vous à notre newsletter pour rester au top de l'info.