facebook instagram pinterest search twitter youtube whatsapp linkedin thumbup
courir_ou_marcher

Courir ou marcher ? Votre corps connaît la réponse

Les données indiquent que les utilisateurs de Polar marchent généralement pendant une heure pour une distance de 4,5km. Le calcul est simple : la vitesse moyenne de marche est de 4,5km/h. Vous vous demandez alors s’il est préférable de courir ou marcher ?

Vous l’avez probablement remarqué. Épuisés, vidés de leur énergie et à peine capables de faire un pas de plus, les coureurs d’élite s’effondrent dès qu’ils atteignent la ligne d’arrivée. Ces athlètes peuvent marcher plus vite que la plupart d’entre nous ne peuvent courir, parcourant 50 kilomètres en à peine quatre heures.

Malgré l’intensité et le caractère impardonnable de la course mythique des 42 km, les marathoniens semblent toujours avoir de l’énergie pour un sprint final. Pensez à Eliud Kipchoge qui a terminé un marathon en moins de deux heures. Il était tout sourire et semblait fort.

Alors, pourquoi les marcheurs s’effondrent-ils et pas les marathoniens ? Marcher est plus dur que courir ?

En réalité, les marcheurs, lorsqu’ils parcourent 50 km, ne font pas 20 % de travail en plus qu’un marathonien. Au contraire, marcher 50 km aussi vite que possible demande presque deux fois plus de travail et d’énergie que de courir un marathon, même si la distance n’est que de 8 km plus longue. 

Attendez un peu ! Les marathoniens parcourent la distance à un rythme moyen de 20 km/h alors que les marcheurs n’atteignent que 14 km/h. Alors, comment se fait-il qu’un marcheur consomme autant d’énergie ?

Comprendre le coût du transport

La clé n’est pas la vitesse à laquelle les athlètes consomment de l’énergie. Bien sûr, les marathoniens brûlent plus d’énergie par unité de temps, c’est pourquoi ils terminent beaucoup plus vite. Cependant, les marathoniens consomment moins d’énergie par unité de distance parcourue. Cela se mesure par le coût du transport.

Le coût du transport exprime la quantité d’énergie, mesurée en calories, qu’une personne consomme par kilomètre parcouru et par kilogramme. En course à pied, le coût du transport en fonction de la vitesse est à peu près une ligne droite.

C’est pourquoi les marcheurs de course élite concourant sur 50 km consomment presque deux fois plus d’énergie que les marathoniens.

La marche est un cas différent. Lorsque nous marchons, le coût du transport forme une courbe en forme de U. Le point de transition, où l’homme passe de la marche à la course, se produit, en moyenne, aux alentours de 7 km/h. À ce moment-là, courir devient plus économique que marcher.

La marche athlétique est un sport particulier car les athlètes sont contraints de marcher à plus de 7 km/h malgré leur envie naturelle de courir. En conséquence, ils consomment 50 % d’énergie en plus par distance parcourue que s’ils couraient.

C’est pourquoi les marcheurs de course élite concourant sur 50 km consomment presque deux fois plus d’énergie que les marathoniens. La distance du marathon est déjà suffisante pour épuiser la plupart des ressources énergétiques stockées dans les muscles et le foie d’une personne. La marche athlétique pousse ce phénomène à l’extrême.

Comment le corps sait quand il doit marcher ou courir ?

Comment est-ce que le corps nous indique quand nous devons marcher ou courir ? Certains facteurs restent inexpliqués, mais nous savons que la course devient plus économique que la marche lorsque nous allons à plus de 7km/h.

Depuis quelques années, les chercheurs en biomécanique utilisent des sondes à ultrasons pour observer l’intérieur de nos muscles lorsque nous nous déplaçons. Ces recherches ont révélé que la vitesse de contraction des muscles du mollet augmente avec la vitesse de la marche. Nous ne voulons pas que nos muscles se contractent trop vite ou trop lentement. Nous souhaitons qu’ils se contractent à une vitesse intermédiaire afin de fournir de l’énergie de manière économique.

Nous pouvons ainsi déterminer s’il est préférable de marcher ou de courir en fonction de la contraction de nos muscles.

Explication de la vitesse moyenne de marche

La vitesse de marche moyenne des utilisateurs de Polar est de 4,5Km/h. Cela signifie que nous choisissons de marcher à la vitesse la plus avantageuse, celle qui consomme le moins d’énergie par distance parcourue.

Cela signifie que nous choisissons de marcher à la vitesse la plus avantageuse, celle qui consomme le moins d’énergie par distance parcourue.

Cette explication nous permet de comprendre pourquoi la marche est un exercice très efficace. Marcher vous permettra de consommer 80% de l’énergie que vous auriez consommée en courant sur la même distance. De plus, la marche sollicite moins vos muscles, vous pouvez donc maintenir une vitesse plus élevée et faire de l’exercice plus longtemps.

Tirez le meilleur de vos exercices de marche

Polar Vantage M2

Une fois que vous connaissez la science derrière la marche, il est facile de comprendre ses avantages. La marche consomme beaucoup d’énergie pendant une longue période, sans la tension musculaire des activités à forte intensité. Pour tirer le meilleur parti de votre marche, il vous suffit d’augmenter la consommation d’énergie en augmentant votre vitesse et passer à un effort soutenu. Voici trois façons d’obtenir cet effet :

  1. Essayez la marche rapide – Marchez plus vite que d’habitude pour utiliser plus d’énergie.
  2. Marchez avec du dénivelé – Le dénivelé augmente votre consommation d’énergie. Le dénivelé négatif fait faire à vos muscles un travail excentrique qui renforce votre force.
  3. Pratiquez la marche nordique – L’utilisation de bâtons de marche vous permettra de consommer plus d’énergie.

Vous avez apprécié cet article ? Faites-en profiter vos proches !

Les informations contenues dans les articles publiés sur le blog Polar ne peuvent en aucun cas remplacer les conseils personnalisés de professionnels de la santé. Veuillez consulter votre médecin avant de commencer tout nouveau programme de remise en forme.

facteurs_frequencecardiaque
Article suivant

5 Facteurs qui influencent votre fréquence cardiaque pendant la course

Votre fréquence cardiaque en course à pied fluctue d'un jour à l'autre en raison de facteurs externes. Apprenez-en plus sur les facteurs qui influencent votre fréquence cardiaque en course à pied.

À lire aussi

Ne manquez pas la dernière actu ! Inscrivez-vous à notre newsletter pour rester au top de l'info.